ET NEVERS A VIF EST NE :

En 1979, une Maison de Quartier de Nevers ( la Maison des Montôts, dirigée par Jean-Louis Garo) commence à organiser des concerts dans sa salle avec des jeunes groupes amateurs locaux. Cette dynamique provoque une multiplication des groupes à Nevers dans la mesure où il leur est maintenant possible de se produire en public.

Au début des années 80, une radio locale (Radio 58 FM, dirigée par Jean-Michel Marchand) consacre un temps d'antenne important aux « musiques rock ». Ceci débouche sur la création d'une association ( La Vie en Rock, présidée par Jean-Michel Marchand) qui organise régulièrement des concerts dans des bars de Nevers avec des groupes professionnels de la mouvance « rock alternatif »).

Au milieu des années 80, une animatrice arrive dans une Maison de Quartier à Nevers (Catherine Porte à la Maison du Banlay). Celle ci est très intéressée par les musiques actuelles (de l'époque) et a déjà organisé de nombreux concerts sur la région Auvergne. C'est elle qui sera le déclencheur de la suite.

La réunion de ces trois histoires fait naître le premier festival Nevers à Vif en avril 1987 avec ce qui se fait de mieux à l'époque dans la mouvance du « rock alternatif ». Il se déroulera à la Maison des Montôts et sera organisé par un collectif (sous couvert de l'association Maison des Montôts) qui regroupe les bénévoles de La Vie en Rock, la Maison des Montôts et Catherine Porte. Coup gagnant !

Le succès appelant toujours une suite, une deuxième édition à la Maison des Montôts sera organisée en 1988. Deuxième coup gagnant !

Deux « coups gagnants » de suite appellent bien sur un développement. Ce sera la 3 ème édition en 1989, toujours à la Maison des Montôts mais sous chapiteau. L'organisation plus difficile et plus lourde débouchera sur un succès d'estime sans être une explosion populaire.

Après une « fâcherie » (cela arrive toujours dans les collectifs d'êtres humains…), la 4 ème édition se déroulera à la Maison des Montôts sous chapiteau en 1990 sans les bénévoles de La Vie en Rock. C'est l'échec !

Après de nombreux palabres, et la « sortie de route » de Catherine Porte, Jean Louis Garo et la Maison des Montôts reprennent entièrement à leur compte les destinées de Nevers à Vif. Retour des pionniers de La Vie en Rock, c'est reparti pour ne plus s'arrêter depuis.

Durant toutes ces années, l'équipe a toujours essayé de faire évoluer Nevers à Vif selon deux axes : les tendances musicales de qualité du moment et l'organisation en phase avec les moyens et les publics. C'est ainsi que nous avons continué à la Maison des Montôts, mais aussi à la Maison de la Culture de Nevers, à l'auditorium Jean Jaurès, nous avons instauré le Café Charbon comme un véritable lieu de concerts et nous sommes revenus aujourd'hui à un système chapiteau à la Maison des Montôts.

Depuis 1987, le festival propose chaque année au public de découvrir toutes les tendances du rock en privilégiant les groupes en devenir. Ainsi, se sont succédés sur les différentes scènes des groupes comme La Mano Negra, Louise Attaque, Asian Dub Foundation, Mickey 3D, Miossec, Dionysos, No One is Innocent, Wampas, Burning Heads, alors quasi inconnus du grand public...
Rock'n'roll international, punk, hardcore, chanson, world, electro, hip hop: tous les styles ont été présentés sur le festival

Nevers à Vif a suscité bien des vocations. De nombreux intermittents du spectacle en sont issus (techniciens, mais aussi artistes comme les Tambours du Bronx ou les Métallos Voice qui ont tous au début de leurs existences, faits leurs armes avec Nevers à Vif). De nombreux bénévoles ont débuté avec le festival pour « s'éclater » ensuite sur d'autres organisations (le Café Charbon, les zaccros d'ma rue, ciné qua non, les rencontres de jazz etc…).

AUJOURD'HUI, NEVERS A VIF FAIT PARTIE INTEGRANTE DE L'HISTOIRE CULTURELLE DE NEVERS ET DE LA NIEVRE. L 'HISTOIRE NE VEUT PAS DIRE UNIQUEMENT LE PASSE. C'EST POURQUOI NOUS SOMMES ENCORE LA AVEC NOTRE ENERGIE ET NOTRE ENVIE. NEVERS A VIF N'A PAS FINI DE PROMOUVOIR UNE CULTURE ALTERNATIVE A TOUS LES FORMATAGES QUE NOUS DEVONS SUBIR AUJOURD'HUI, QU'ON SE LE DISE !